Mon amie Sophie

Chère Sophie Durocher,

 

Comment te remercier pour le rôle prépondérant que tu joues dans l’évolution du rapport toujours plus épanoui entre public et artistes?

Chacun apporte sa pierre à l’édifice de cette relation fragile, et grâce à tes billets, ton blogue, ton journalisme – appelons un chat un chat – je sens que tu bâtis un avenir où culture et contribuable enterrent la hache de guerre et s’apprivoisent.

Comment te remercier, Sophie, pour l’apport général que constitue ta recherche toujours plus aboutie à l’éducation collective? Ta participation à la sensibilisation de ton lectorat face au caractère essentiel des arts comme outil définissant l’identité du Québec? Comme dispositif la promouvant à l’étranger, générant tout un système économique international et national autour de nos industries musicales, cinématographiques et télévisuelles?

Dieu merci, quand tu tombes au gré de tes tribulations de blogueuse sur une phrase comme « Le marché québécois est consanguin » (dûment dotée d’un sujet, verbe et complément), ça ne prend pas boutinette que tu sais quoi en faire. Tu analyses, décortiques, et dément les conclusions hâtives. Tu expliques – qu’est-ce que je ferais sans toi – que je n’ai pas traité les Québécois de consanguins, bien évidemment, mais que je parle du marché qu’ils représentent. Le marché, c’est la masse de consommation potentielle d’un produit. Au Québec, elle représente, de manière optimiste, 7 millions de spectateurs. Mais nous savons tous les deux que nous ne sommes pas 7 millions à aller au cinéma au Québec (lol). Or, un film comme De père en flic enregistrant environ 1 million d’entrées générera des profits de 11 millions de dollars, dont la moitié ira aux amis comme Vincent Guzzo (trop content d’aller s’flasher à la radio suite à votre analyse collective de ma citation au JdM, oeuf corse) et l’autre au distributeur, jusqu’à récupération de son prix d’achat (minimum garanti) et de ses frais opposables, pour qu’enfin un pourcentage minimal ne revienne au producteur, qui coupe la tarte à part égale entre SODEC et Téléfilm pour rembourser leur investissement initial. Heureusement, personne ne se tabarnaque de ces données si importantes qui feraient évoluer le débat sur le financement de la culture, et tous ensemble nous apprenons à nous comprendre. Au moins, personne ne ressasse les mêmes informations, et la conversation ne stagne pas. C’est bien grâce à toi.

Tu n’hésiterais pas non plus à partager à ton public le lien de l’article comportant ma réponse à Éric Duhaime au sujet du financement public. Ce serait tellement plus simple. Il y a des chiffres, des statistiques, et au moins on a des preuves de ce qu’on dit, pas juste des screencaps de Twitter puis des cyberliens.

Heureusement, toi – encore toi! – tu rappelles à ce même public que les entrées en salles au Québec sont un indice au fond superficiel du succès économique d’un film, ou de sa rentabilité d’un point de vue « retour sur investissement de fonds publics », car il y a les ventes à l’international, la vidéo-sur-demande, le marché du DVD, et bien sûr, bien avant la carrière en salles, les masses salariales non-négligeables que génèrent le tournage d’un film – des millions de dollars de création d’emploi qui assurent un mouvement dans l’économie québécoise. Mais ça, tu le sais, et tu le dis aux gens qui te suivent, qui te lisent, qui t’accordent la crédibilité que tu mérites, et confirment le sérieux dont tu fais preuve dans ta démarche.

Et s’il fallait que tu déniches un échange de tweets avec un Français plus ou moins smatte qui m’attaque vicieusement – comme j’imagine que tu n’aimerais pas qu’on t’attaques si tu étais une personnalité publique – jamais au grand jamais tu ne pourrais n’en prendre que les deux derniers échanges pour servir ton propos en décontextualisant le mien.

En plus, tu affirmes que « certains artistes québécois se lâchent « lousse » quand ils parlent à l’étranger. Ils disent des énormités qu’ils ne diraient jamais à des journalistes d’ici, à un public d’ici. Mais quand ils parlent à des grands amis de la culture, comme les Français ou les Italiens, ils se permettent de regarder le Québec de haut, avec condescendance ou mépris ». Mais moi, Sophie, je ne me sens aucunement visé par cette belle en-tête accrocheuse qui rassemble les haters. Car s’il y a un Québécois qui a l’occasion de parler du Québec avec passion, et surtout de le défendre face au Français, notamment quand ils ramènent les incontournables moqueries sur notre accent, c’est bien moi. S’il y a un Québécois qui parle de son amour de notre culture, de notre langue, de notre province, de son amour pour Montréal, c’est moi. Ça, comme tu as lu tous les articles que j’ai donné, comme tu m’as appelé pour en parler, comme tu as fais ta job, tu le sais. Been there, done that! Saw the musical, bought a T-Shirt, burned the T-Shirt!

Bref, Sophie, je tenais à prendre ce bref moment pour te remercier de faire avancer les choses. Tu sais, je t’écoutais, petit, avec ma grand-mère, à la radio. Elle disait : « J’aime cette Durocher. Elle est intelligente, elle parle bien, elle est différente, elle va au fond des choses. » C’était il y a longtemps, début des années 2000, mais je m’en souviens très très précisément. Enfin. Ma grand-mère est morte la semaine dernière. Mais tout est bien qui finit bien parce qu’au moins si elle t’avait lue aujourd’hui, elle ne se serait pas r’tourné dans sa tombe. Alors merci.

Sois sûre Sophie, que si tu t’aventurais par contre à te faire du capital de sympathie sur mon dos avec des arguments sans fondement juste pour faire bander les bénévoles de Radio-X et braquer les québécois contre moi en jouant sur des déformations de phrases mettant en exergue nos complexes d’infériorité par rapport aux Europes pour les rallier à ta cause, comme un journaliste qui, faute de vraie marde dans l’ventilo, chie dedans pour avoir de quoi à écrire un beau mercredi, tu me trouverais en travers de ton chemin avec un beau « farme ta yeule ». Mais ça, Sophie, ça ne te concerne pas.

Sophie, on se connaît peu, mais on se plaît déjà.

 

 

Advertisements

1 commentaire

Classé dans Uncategorized

Une réponse à “Mon amie Sophie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s